Vous êtes ici : Accueil / Publications du département / Biodiversité / Documents / Des plantes et des hommes / La primevère : une des premières fleurs du printemps

La primevère : une des premières fleurs du printemps

Auteurs : Régis Thomas et David Busti ; Publication : David Busti

La première fleur du printemps, c’est la signification de Primula, nom de genre de la Primevère, qui dérive du latin primulus (tout premier) et de veris (du printemps). L’espèce la plus commune a d’ailleurs comme nom spécifique veris. Cette primevère à petites fleurs jaunes fleurit parfois dès début mars, à la faveur d’un redoux. Avec des fleurs à deux longueurs de style, la Primevère présente une particularité assez rare chez les plantes.

La Primevère de printemps, l'espèce la plus commune

La Primevère de printemps (Primula veris) est une plante vivace qui croît par un rhizome vertical (ou subvertical) d’où partent de nombreuses racines adventives. Les parties profondes du rhizome meurent à mesure que la croissance de sa partie supérieure se poursuit, mais il ne sort cependant jamais du sol car il est régulièrement enfoncé par la contraction des racines adventives. Des feuilles ovales, brusquement rétrécies en pétiole, ridées et réticulées dessus, pubescentes et grisâtres dessous, se disposent en rosette sur le rhizome. Un pédoncule floral couvert de poils cotonneux s’échappe de la rosette de feuilles ; il porte à son sommet une ombelle de fleurs jaunes toutes penchées du même coté.

Morphologie d'un pied de Primevère de printemps (Primula veris).
De gauche à droite : feuilles vue de dessous et de dessus, pied fleuri et détail du rhizome portant les racines adventives.
Primevere_officinale-appareil_vegetatif.jpg

 

La fleur, hermaphrodite, comprend...

  • ... un calice renflé, à 5 angles saillants et 5 dents matérialisant les 5 sépales soudés, qui protège la corolle ;
  • ... une corolle jaune, composée d’un tube étroit, qui se rétrécit au niveau des étamines puis s’évase en cuvette à 5 lobes échancrés, tachés d’orange à la base. Les 5 lobes représentent les 5 pétales soudés ;
  • ... 5 étamines soudées au tube de la corolle face aux lobes des pétales et insérées, suivant la fleur examinée, au milieu ou au sommet du tube (voir ci-dessous) ;
  • un pistil se composant d’un ovaire à 5 carpelles soudés surmonté d’un style terminé par un stigmate globuleux trilobé. Chose rare, l’ovaire n’a pas de cloisons (l'ovaire est dit uniloculaire) et les ovules sont fixés sur un curieux placenta sphérique fixé par la base (la placentation est centrale).
Morphologie de l'inflorescence et d'une fleur longistylée de Primevère de printemps (Primula veris).
De gauche à droite : ombelle, fleur épanouie vue latéralement, fleur épanouie coupée longitudinalement et fleur coupée transversalement au niveau des étamines (en haut) et au niveau de l'ovaire (en bas).
Primevere_officinale-appareil_reproducteur.jpg

 

En examinant les fleurs de plusieurs pieds, on remarque suivant les individus deux longueurs de styles (hétérostylie) corrélées avec des hauteurs d'étamines différentes :

  • les fleurs brévistylées présentent un style court (d'où leur nom), arrivant au milieu du tube de la corolle associé à des étamines hautes insérées au sommet du tube de la corolle ;
  • les fleurs longistylées présentent un style long (d'où leur nom), arrivant au sommet du tube de la corolle (fleur dite longistylée) associé à des étamines basses insérées au milieu du tube de la corolle.

Cette hétérostylie est accompagnée également de deux tailles de papilles stigmatiques et de deux tailles de grain de pollen (voir à ce sujet notre prochain article : La primevère : un modèle pour l'hétérostylie).

Hétérostylie et fruit de Primevère de printemps (Primula veris).
A gauche : coupes longitudinales d'une fleur brévistylée et d'une fleur longistylée. A droite : capsule à déhiscence denticide vue de face (le calice ayant été oté) et CT au niveau de l'ovaire d'un jeune fruit montrant les graines issues du développement des ovules.
Primevere_officinale-fleurs_longistylee_et_brevistylee.jpg Primevere_officinale-fruit.jpg


La fleur fécondée se transforme en fruit. L’ovaire grossit et donne une capsule s’ouvrant au sommet par 10 dents (la déhiscence est dite denticide). La capsule reste un temps coiffée par la corolle desséchée, puis reste incluse dans le calice persistant.


Les autres espèces jaunes communes

Deux autres espèces de primevères jaunes se rencontrent dans les plaines et collines françaises. Les trois espèces sont faciles à différencier par leur morphologie mais également par leur répartition et leur écologie.

Tableau d'identification des trois principales espèces de primevères jaunes de plaines et collines françaises.
  • grandes fleurs (2 à 3cm)
  • fleurs solitaires portées par des pédoncules égalant les feuilles
  • feuilles à limbe progressivement atténué
  • fleurs jaune soufre
  • fleurs planes
  • fleurs inodores
  • fleurs moyennes ou petites (1 à 2,5m)
  • fleurs en ombelles multiflores portées par des pédoncules plus longs que les feuilles
  • feuilles à limbe brusquement rétréci à la base
  • fleurs moyennes (1,5 à 2,5cm)
  • fleurs jaune soufre
  • fleurs planes
  • fleurs inodores
  • calice étroit
  • capsule dépassant le calice
  • fleurs petites (1 à 1,5cm)
  • fleurs jaune vif
  • fleurs concaves
  • fleurs odorantes
  • calice renflé
  • capsule ne dépassant pas le calice
Primula_vulgaris-Primevere_commune.JPG Primula_elatior-Primevere_elevee.jpg Primula_veris-Primevere_de_printemps.jpg
  • Espèce commune dans l’ouest et le Sud-Est, rare dans le bassin parisien, l’Est et la région méditerranéenne.
  • 0 à 1000m.
  • Forêts, talus, prairies sur sol frais à assez sec (espèce mésophile) à pH plutôt basique et riche en bases (espèce neutonirocline).
  • Espèce commune partout sauf l’Ouest et la région méditerranéenne.
  • 100 à 2000m.
  • Forêts des bords e rivières, haies, sur sol humide (espèce mésohygrophile) riche en bases (espèce neutronitrocline).
  • Espèce très commune. Plus rare dans le Nord-Ouest, le Massif-central et la région méditerranéenne.
  • 0 à 2000m.
  • Lisières de forêts, talus, pelouses et prairies à sol assez sec (espèce mésoxérophile) et optimum sur calacire (espèce neutrocalcicole).
Primula_ vulgaris-repartition.jpg Primula_elatior-repartition.jpg Primula_veris-repartition.jpg

Primula vulgaris
= Primula acaulis (Fournier)
= Primula grandiflora (Bonnier)
Primevère commune, Primevère sans tige, Primevère à grandes fleurs.

Primula elatior
Primevère élevée, Coucou des bois.

Primula veris
= Primula officinalis (Coste, Bonnier, Fournier)
Primevère de printemps, Primevère officinale, Coucou.

 

Notons que des hybrides entre ces trois espèces existent, ce qui rend la détermination parfois difficile.

Les Primulacées : une famille dont la classification phylogénétique a confirmé le positionnement
Les Primulacées étaient classées dans les Gamopétales, et classées avec les Ericacées dans un groupe « primitif » car possédant en particulier 2 verticilles d’étamines. Chez Les Primulacées, il n’y a qu’un seul verticille d’étamines, mais épipétale, ce qui est interprété par l’avortement du verticille externe, dont il reste des vestiges dans certains genres. La phylogénie moléculaire a confirmé ce statut : les Primulacées sont incluses dans les Ericales, ordre placé à la base des Astéridées, groupe comprenant toutes les familles classiques gamopétales.

Pour en savoir plus

  • BONNIER G., La grande flore de Gaston Bonnier, Belin 1999.
  • COSTE H., Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes, Librairie des Sciences et des Arts, 1937.
  • FOURNIER P., Les quatre flores de France, Dunod 2001.
  • RAMEAU J.-C, D. MANSION et G. DUME, Flore forestière française, Tome 1, IDF, 1993.

 

Régis Thomas et David Busti, avril 2012.