Vous êtes ici : Accueil / M2 FEADéP prépa agreg SV-STU / Florilège de témoignages

Florilège de témoignages

 

Alice FOURNIER

Promotion 2015
Etudiante à l'Ecole normale supérieure de Lyon, détentrice d'un master 1 biosciences
Actuellement en master 2 biosciences à l'ENS de Lyon


"Voilà, déjà, l’année se termine. Qu’elle est passée vite ! Quels sont mes ressentis et impressions laissés par cette année passée au sein de la prépa agreg de Lyon ?

  • Privilégiée : voilà mon sentiment lorsque j’ai découvert la qualité des enseignements, des locaux et de l’organisation de la prépa. Les sorties terrain, véritables concentrés d’informations naturalistes et géologiques sont une chance inouïe pour tout futur enseignant. Le matériel, plus qu’abondant en TP, permet d’apprendre sur du concret, d’observer par soi même, de manipuler et d’apprendre les gestes indispensables en biologie et géologie.
  • Frustrée : de ne pas pouvoir TOUT apprendre car, enfin, la majorité des cours me passionnait. Nombre de cours méritait d’être approfondis, digérés, appropriés tellement ils étaient intéressant : mais impossible. Pas le temps. Tous se succède à une allure folle, il faut aller vite, droit à l’essentiel, faire des choix, alors qu’on aimerait pouvoir passer plus de temps sur chaque cours.
  • Enrichie : par ces très belles rencontres que j’ai pu y faire et ces liens solides que nous avons tissés ensemble. Le logement sur place, à la résidence, a permis de favoriser les rencontres, les soirées, les repas ensemble et a donc participé à nous souder. Epuisée : par ces mois passés à exploiter mes capacités au maximum. Après Noël, il n’y avait plus que peu de moments de détente. L’impression que chaque instant devait être rentabilisé et productif. Le sentiment d’être prise dans une déferlante m’obligeant à continuer de nager le plus vite possible pour ne pas se noyer dans la quantité de travail à fournir.
  • Rassurée : d’avoir solidifié mes connaissances et mes méthodes dans tant de domaines et de pouvoir ainsi, sereinement, avoir hâte de les transmettre à mon tour à mes futurs élèves."

 

Loïck BECHON

Promotion 2015
Etudiant à l'Ecole normale supérieure de Lyon, détenteur d'un master 1 sciences de la Terre
Actuellement en master 2 sciences de la Terre à l'ENS de Lyon


"L’année de préparation à l’agrégation a été pour moi une année difficile par la quantité de travail qu’elle demande, mais également la plus enrichissante de mon cursus.

D’une part, cette année prépare très bien au concours de l’Agrégation grâce à des cours et TP d’excellente qualité avec pour la plupart un poly complet qui facilite l’apprentissage. La bibliothèque comprend tous les livres et périodiques disponibles au concours et est accessible en permanence, comme la collection de roches, les cartes géologiques et les lames minces d’histologie animale/végétale. Les exercices blancs permettent de se faire une bonne idée des attentes du concours et de progresser tout au long de l’année, notamment grâce aux précieux conseils des enseignants.

L’année de préparation apporte d’autre part des connaissances plus générales pour le métier d’enseignant. Les nombreux stages de terrains permettent d’améliorer sa culture naturaliste et les polys associés sont riches et servent toujours après la prépa. Ils permettent aussi de se changer les idées et d’éviter la saturation. Les enseignants sont disponibles, investis et assurent des bons rapports avec les élèves. L’ambiance est ainsi agréable et le partage avec des étudiants de formations antérieures différentes est très enrichissant.

Je garde donc un bon souvenir de cette année, malgré la charge de travail importante et la tension à l’approche des oraux. Je conseille cette prépa à toute personne souhaitant passer l’Agrégation ou voulant élargir et approfondir ses connaissances en SVT, à condition d’être motivé et de ne pas craindre le travail."

 

Camille DAVILA

Promotion 2015
Ancienne étudiante de l'université de la Réunion puis de Bordeaux, master 1 MEEF en sciences de la Vie et de la Terre
Actuellement professeur agrégée stagiaire en BCPST1 au lycée Faidherbe de Lille


"L'année se termine à peine et je sais déjà que j'en garderai un excellent souvenir.

J'ai rencontré à l'ENS des gens d'une extrême gentillesse et avec un tel sens de l'humour qu'il me sera difficile d'oublier à quel point j'ai pu rire cette année ! De ce fin mélange entre normaliens et certifiés, c'est cette complicité qui permet de tenir pendant les moments de travail... Parce qu'évidemment, il y en a eu un bon nombre !

Les cours de cette préparation sont d'une excellente qualité, en témoignent les résultats chaque année. Mais je retiens surtout de cette année qu'elle m'a permis d'acquérir une culture naturaliste (absolument nulle pour mon cas avant cette année !) et une méthodologie imparable qui me servira pour ma carrière d'enseignante. Les nombreux stages de terrain, bien qu'indéniablement fatigants, ont été pour moi des moments d'apprentissages privilégiés et m'ont, par la même occasion, fait visiter des coins de France où je n'aurais probablement jamais été !

Les enseignants tentent d'apporter les cours les plus complets et les plus actualisés possibles et je compte bien les garder précieusement. Je les en remercie d'ailleurs ainsi que les préparateurs qui font un travail remarquable.

Quant aux locaux, la bibliothèque sera votre deuxième maison, voire votre première pour certains ! La bibliographie y est mise à jour dès que possible et son accès 24h/24, 7j/7 sont d'après moi des gages de réussite au concours.

Bref, je n'aurais pas pu rêver mieux pour préparer l'agrégation ! Tout est pensé pour nous mettre dans de bonnes conditions pour réussir le concours et si vous envisagez de préparer l'Agrégation, je ne peux que vous conseiller d'intégrer cette préparation !"

 

Simon COUZINIE

Promotion 2013
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, master sciences de la Terre
Actuellement doctorant au laboratoire des Transferts Lithosphériques de Saint-Etienne (Académie de Lyon)


"L’année de prépa fut la plus studieuse et difficile de mon cursus mais aussi la plus enrichissante du point de vue des connaissances et des méthodes (transmission des savoirs, effort de synthèse...). Les conditions de travail y sont optimales pour la réussite au concours : un encadrement au top avec des enseignants et préparateurs très disponibles et motivés ; un accès aux salles de TP, aux collections et à la bibliothèque à volonté 7j/7 24h/24 ; de nombreux stages de terrain au cours de l’année qui permettent de lier théorie et pratique ; 3 « agrégations blanches » complètes incluant écrits/TP/leçons, ce qui d’après moi est un vrai luxe.

Sur le plan des enseignements, ceux-ci sont évidemment très variés et n’ont de cesse d’aiguiser la curiosité. Un effort est fait pour décloisonner les connaissances tout en insistant sur les fondamentaux. Cette ouverture sur d’autres thématiques (dans mon cas géologiques) m’est aujourd’hui particulièrement utile en Recherche. C‘est pourquoi je me permets de vivement conseiller cette formation aux futurs chercheurs et enseignant-chercheurs qui ne se destinent pas forcément à l’enseignement secondaire.

Je retiendrais aussi la bonne ambiance au sein du groupe et surtout les nombreux échanges naturalistes entre étudiants des secteurs B et C, secteurs qui me semble-il se rejoignent spontanément. Je garderai un excellent souvenir de ces moments d’interaction et de partage."

 

Margaux BERTHIER

Promotion 2012
Ancienne étudiante de l’université de Montpellier, master Biodiversité, Ecologie, Evolution, Environnement B3E-SVT
Actuellement enseignante en SVT au lycée Christophe Colomb à Sucy-en-Brie (Académie de Créteil)


"Je me souviens être venue sur ce site, avoir lu ces commentaires et m’être dit que c’était impossible que cela soit aussi bien que ce qui est écrit ! Et bien maintenant je peux le confirmer : TOUT EST VRAI !

Alors effectivement, l’année de préparation à l’Agrégation est une année stressante, exigeante et au rythme hyper soutenu mais c’est aussi l’année la plus enrichissante de tout mon cursus scolaire.

Je me rends d’autant plus compte maintenant, avec le recul, des avantages qu’offre cette prépa :

1) La mixité des étudiants
C'est un point vraiment appréciable et auquel je ne m’attendais pas. Il y avait bien sûr des normaliens mais également des étudiants de différentes universités qui avaient des cursus différents. Cela faisait un mélange sympathique et rassurant. Ce que j’ai aimé dans cette mixité, c’est l’importance qu'elle donne à chacun : on se sentait presque « unique » avec chacun nos points forts et nos points faibles.
Je ne pense pas qu’il y avait une ambiance de compétition plus que dans une autre prépa. Forcément on se compare aux autres et on essaie de faire mieux que les autres et je dis heureusement ! Côtoyer des gens doués et bosseurs m’a permis de me surpasser et de vouloir toujours faire mieux. Et grâce à cela j’ai pu progresser énormément durant cette année.
Même si on pourrait se dire qu’une année de concours est loin d’être une année durant laquelle on se fait des amitiés sincères, je peux affirmer que j’ai rencontré cette année-là de belles personnes. Je ne remercierai jamais assez ces personnes-là qui m’ont soutenu et encouragé. La fin d’année a été très dure pour moi mais ces collègues ont révisé avec moi, se sont entrainés avec moi, sont allés aux TP avec moi, m’ont remonté le moral autour d’un café. Bref, si j’ai eu mon Agrégation c’est en partie parce que j’étais entourée de collègues sympathiques et réconfortants.

2) Le personnel éducatif et les personnes ressources
Jamais je n’ai eu la chance de travailler avec des professeurs aussi disponibles et compétents. Très sincèrement, j’étais impressionnée chaque fois que j’allais en cours ou en TP. Les professeurs sont très pédagogues motivés et motivants, leurs cours sont extrêmement bien faits. De plus, ils se remettent sans cesse en question, améliorant tout le temps leur travail et se tenant étroitement au courant des nouveautés pour le concours.
Encore aujourd’hui, je suis impressionnée des polycopiés que l’on avait. J’adore le concept une couleur par secteur, la liste des leçons et des ressources associées au thème, l’intégralité des schémas et documents à savoir avec la référence à la page du livre dans lequel le document a été extrait. On a vraiment TOUT pour réussir.
Je me souviens des TP et tout le matériel qui était mis à notre disposition. Pour chaque thème, vous pouvez être sûr d’avoir fait toutes les manipulations possibles et exigibles ! De plus, je me sers encore de certaines manipulations en lycée avec mes élèves.
C’est impressionnant et motivant de voir des professeurs travailler autant que nous, encore bravo à eux pour tout le travail accompli ! De plus, c’est rassurant de voir qu’ils sont disponibles (par exemple pour valider des plans de leçons que l'on avait travaillé en révision) et réconfortant (les professeurs étaient là et ont pris le temps de me rassurer et me remotiver en fin d'année, alors que le stress me gagnait).
Ce qui était également appréciable, c’est cette sensation que les professeurs avaient vraiment foi en la réussite de leurs élèves.
Cette année à l’ENSL m’a également appris à prendre du recul sur mes connaissances. Des choses que j’avais apprises sans comprendre sont devenues évidentes pour moi durant cette année. Par exemple, le métamorphisme était une galère pour moi à l’université mais arrivé à l’ENSL on me l’a enseigné de telle manière que c’est devenu évident. Difficile de décrire cette sensation mais j’ai vraiment eu l’impression de comprendre plus que d’apprendre.

3) L’organisation
On avait très souvent des séries d’écrits, de TP et d’oraux blancs, ce qui fait qu’on était vraiment bien préparés. Et puis à chaque fois on avait des corrections très complètes et constructives. C’est vraiment un énorme avantage. Des entrainements répétés et bien corrigés.
Un vrai plus de l’ENSL, c’est l’accès à volonté des locaux. J’ai adoré pouvoir aller quand je voulais dans la bibliothèque (complète et bien rangée), dans la lithothèque (paradis des cartes géologique et roches en tout genre) ainsi que les salles de TP (je me souviens même avoir passée une soirée à refaire mes dissections avec mes collègues, c’était un très bon moment).

4) Les sorties
Les sorties sont fréquentes et diversifiées. Et comme pour tout le reste elles sont… EXCEPTIONNELLES ! En étant en prépa Agreg à l’ENSL, vous développerez vraiment votre côté naturaliste. C’est très appréciable car en plus de bachoter le concours on s’enrichit intellectuellement et scientifiquement. Les sorties, autant en biologie qu’en géologie, sont bien organisées et même sans s’en apercevoir on connait vite pleins de noms d’insectes, de végétaux, de roches et à la fin de l’année on sait reconnaître, contre toute attente, 60 chants d’oiseaux… Moi je trouve que c’est la classe !

Aujourd’hui, je suis en poste fixe dans un super lycée avec des élèves sympathiques et des collègues rigolos et dynamiques. Je me régale et je sais que si je suis autant heureuse dans ma vie professionnelle à l’heure actuelle c’est parce que j’ai réussi l’Agrégation et si j’ai réussi l’Agrégation c’est parce que j’ai eu la chance de bénéficier de l’enseignement et de la culture de qualité de l’ENSL.

Alors à tous ceux qui ont été dans ma situation, qui hésitent à envoyer leur candidature, qui pensent ne pas être pris ou ne pas avoir le niveau, à tous ceux qui veulent réussir l’Agrégation ou à ceux qui veulent passer l’année la plus enrichissante de leur cursus scolaire : n’hésitez pas une seconde !!! Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. Très sincèrement, même si moralement la fin d’année a été très dure pour moi, c’est une année qui vaut le détour et que je referais avec plaisir !"

 

Thibault LORIN

Promotion 2014
Etudiant à l'Ecole normale supérieure de Lyon, détenteur d'un master 1 biosciences
Actuellement en master 2 biosciences à l'ENS de Lyon


"Cette année de préparation à l'Agrégation a été la plus enrichissante de mon cursus à tous points de vue.

  • D'un point de vue purement scientifique, les connaissances accumulées au terme de cette année sont extraordinaires (au sens presque étymologique du terme !). L'atmosphère de l'ENSL est particulièrement propice à une émulation permanente, et tout est fait pour que nous n'ayons qu'à travailler et à réfléchir. C'est la seule année au cours de mon cursus où j'ai eu l'occasion de ne faire que de la biologie et de la géologie, et pour quiconque est passionné par ces disciplines, c'est un vrai luxe. Les cours sont pour la plupart de très haute volée, les enseignants sont divers et compétents dans leur domaine, ce qui permet de poser toutes les questions nécessaires si le cœur vous en dit ! Le fait que l'ENSL soit au sein d'un campus de recherche, et proche de l'Université Lyon 1, est un plus.
  • D'un point de vue pédagogique, le fait d'avoir de nombreux enseignants différents est quelque chose de riche, car lorsque certains points, qui avaient fait l'objet d'un cours entier, sont abordés de manière concise par un autre enseignant dans un autre cours, cela peut éclairer la compréhension. Par ailleurs, assister à d'aussi nombreux cours réalisés par différents intervenants m'a donné des idées sur comment je compte préparer mes cours par la suite : comment essayer de les rendre plus faciles à suivre, plus compréhensibles, plus vivants... Et en plus, les profs que nous avons le plus souvent sont les responsables de la préparation, et leurs cours sont excellents !
  • Un autre point que j'ai trouvé absolument génial est la qualité logistique qu'il y a à l'ENSL. Nous avions un accès permanent :
    1) à la bibliothèque (dans laquelle sont disponibles en libre accès tous les livres et périodiques) essentiels pour le concours ;
    2) à la lithothèque, véritable antre parfaitement ordonnée (ce qui est pratique quand on recherche un échantillon rapidement !) recelant roches et cartes géologiques, et même un espace de travail à part ;
    3) aux salles de TP, ce qui permet d'aller consulter des lames d'échantillons biologiques à n'importe quelle heure (bien pratique pour les révisions !) ;
    4) à de nombreuses salles de l'ENS, ce qui permet de se réunir à plusieurs dans une autre salle que la bibliothèque pour travailler en parlant librement.
    Par ailleurs l'équipe technique est sympathique et dévouée, ce qui permet de préparer les TP et les leçons dans les meilleures conditions possibles. D'ailleurs, le fait de pouvoir s'entraîner autant aux oraux pendant l'année est un réel avantage quand on arrive au concours ! Trois leçons d'entraînement par agrégatif, trois TPs blanc d’option et de contre-option, et trois séries d'écrits blancs. C'est un « mal » pour un réel bien !
  • Outre tout l'aspect scientifique et logistique de la préparation, l'aspect humain m'a beaucoup importé. L'ambiance dans la promo était excellente, et la « mayonnaise » a vraiment bien pris ! Entre des élèves issus du CAPES, des élèves de l'ENS et d'autres encore venant d'écoles d'ingénieurs, avec des âges entre 21 et 26 ans, tout était là pour que nous soyons amenés à échanger nos expériences ! Et travailler toute l'année dans une super ambiance a permis que nous nous serrions les coudes même aux moments les plus stressants, ce qui a sûrement été pour beaucoup dans notre réussite collective ! A cette dernière est d'ailleurs associée celle de l'équipe pédagogique, qui a toujours été très disponible (que ce soit en cours ou en dehors) et qui ne compte pas ses heures pour nous aider !
  • Enfin, enfin, les sorties terrains sont pour moi un des gros points forts de la prépa, que ce soit en géologie ou en écologie. Elles ont permis de souder la classe dès le début d'année. Ces sorties permettent également pour nous, futurs enseignants, de discuter avec des gens qui ont organisé une sortie (ce qui sera un plus quand on voudra en organiser une à notre tour !). Enfin, ces sorties m'ont permis d'acquérir une culture géologique et naturaliste (qui était proche du néant dans mon cas !) bien plus rapidement que si j'avais dû apprendre tout ça en cours de manière théorique ! Et non seulement savoir reconnaître un basalte d'un gabbro, ou un merle d'une mésange, est utile pour le concours, mais cela est (de mon point de vue) également utile dans la future vraie vie de prof de SVT !

En conclusion, je voulais dire que je n'ai absolument pas été obligé à faire une pub exagérée de la prépa, je pense vraiment que c'est une année extrêmement enrichissante, humainement et scientifiquement. Je la conseille à tous ceux qui hésitent ! Evidemment, il y a beaucoup de boulot, mais cette « stimulation intellectuelle facilitée et collective » qui caractérise la prépa à l'ENSL vaut vraiment le détour ! "

 

Fanny THIBON

Promotion 2014
Etudiante à l'Ecole normale supérieure de Lyon, détentrice d'un master 1 sciences de la Terre
Actuellement en master 2 sciences de la Terre à l'ENS de Lyon et à l'ETH de Zurich


"En un mot : la préparation à l’Agrégation SV-STU de l’ENS de Lyon c’est tout simplement GENIAL.

Pour en dire un peu plus, je décrirais cette année en cinq phases :

  • La phase euphorique du début d’année :
    1) J’apprends plein de choses ;
    2) Je rencontre de nouvelles personnes plus intéressantes les unes que les autres et que j’apprends à connaitre de mieux en mieux grâce aux sorties terrains ;
    3) L’encadrement pédagogique n’est pas du tout similaire à ce qu’on a vécu jusqu’à présent : ici je suis face à des professeurs très motivés, pédagogues et d’une disponibilité inégalée !
    Tout est parfait, jusqu’à…
  • …ce que j’obtienne mes premières notes, puis mes deuxièmes, puis celles qui suivent : que des bâches, même si on nous avait prévenu ! Malgré tout le travail personnel, je n’en voyais pas le bout ! Mais je continue, car l’intérêt scientifique reste présent, les encadrants très disponibles m’ont remotivée, m’ont aidée, m’ont soutenue, et les amitiés que j’ai liées durant l'année se renforcent.
  • La fin de l’année arrive, les derniers écrits / oraux blancs : là, je vois que je progresse, même si je n’y suis pas encore. La prochaine fois, pour le concours, ce sera la bonne : j’y crois, je veux y croire !
  • Le concours arrive : les écrits, puis les oraux : cette période est très rapide, je n’ai pas eu le temps de la voir passer. Seuls le stress et l’envie de réussir me guident.
  • Les résultats : Un des meilleurs moments car nous sommes nombreux à l’avoir, on saute de joie, on n’y croit pas ; mais aussi le plus triste car cela signifie que c’est la fin… La fin d’une année riche en connaissances, joie, bonne humeur, amitiés : on a tissé des liens avec tout le monde, que ce soit nos amis, futurs collègues ou nos enseignants dévoués, et on ne veut pas que ça s’arrête.

En résumé, c’est une année très dense niveau travail, riche tant au niveau émotionnel que relationnel, et j’en garderai de merveilleux souvenirs."

 

Julien DELANDRE

Promotion 2014
Ancien étudiant de l'université de Lorraine, master 2 MEEF en sciences de la Vie et de la Terre
Actuellement enseignant en SVT au lycée Jean-Jacques Henner à Altkirch (Académie de Strasbourg)


"Année difficile, dédiée au travail et au bachotage mais qui fera de vous des bêtes à concours... Quand on entend parler des prépas agreg et plus particulièrement de celle renommée de l'ENS de Lyon, c'est souvent ces rengaines qui reviennent. Elles sont loin d'être fausses mais sont aussi tellement réductrices !

Je n'hésiterai jamais à dire que cette année a été la plus formatrice de toutes celles auxquelles j'ai été confronté. Pas seulement en tant que futur professeur de SVT mais aussi en tant que personne. Sur l'aspect de la préparation aux concours, tout a été dit par mes prédécesseurs et rien n'a changé, bien au contraire... Cette prépa se bonifie avec le temps et ceci par l'osmose qui s'est installée et qui règne entre tous les acteurs de l'équipe : professeurs, préparateurs, équipe technique... J'avais peur en arrivant de ces professeurs renommés et dès le premier jour où je les ai rencontrés, ils m'ont surpris par leur gentillesse, se présentant à moi non pas comme des professeurs mais comme des coatchs et des collègues ! Et exigeant le tutoiement ! Tout partait alors sous les meilleurs auspices ! Et leur soutien et la confiance que j'avais mis en eux à cet instant ne se sont jamais démentis dans l'année qui suivit.

Que ce soit les cours, les oraux ou les TP, tout est fait dans le but de nous préparer au mieux, à la fois dans l'optique d'un concours mais aussi en vue de notre future profession. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, on est bien loin de l'élitisme et du pinaillage. On nous apprend à penser simplement et avec efficacité. Je résumerais ça par une phrase : « Apprendre un grand nombre de notions compliquées mais les comprendre et savoir les restituer de façon simple et claire ». Les moyens mis à notre disposition sont incroyables et ce n'est plus seulement à des notions abstraites dans des livres que nous nous retrouvons confrontés, mais bien à des supports concrets qui décuplent notre intérêt. Les sorties sont des moments forts à la fois dans l'exploration des SVT mais aussi dans la découverte de sa promo. Elles laissent ensuite place à des souvenirs inoubliables.

Un autre point fort de l'ENS est la diversité des gens qu'elle accueille au sein de la préparation. Normaliens déjà sensibilisés au domaine de la recherche, certifiés ayant déjà envie d'enseigner dans le secondaire, professeurs plus expérimentés ayant pris une année pour repartir à la poursuite de leurs rêves, diplômés de grandes écoles à la recherche d'une réorientation... Cette pluralité permet une somme d'échanges et de dialogues qui permettront à la fois de mieux travailler et comprendre les notions mais aussi de nouer des amitiés sur le long terme.

Enfin, cette année m'a vue arriver comme un professeur. Mais j'aurais pu être professeur d'histoire ou de français, cela m'aurait tout autant plu. Je ressors désormais de cette année en me sentant professeur de SVT. En effet, celle-ci m'a véritablement appris à aimer ma matière, à la découvrir et à vouloir continuer à apprendre sur elle un peu tous les jours. C'est ça le plus gros point fort : nous faire appréhender la place de notre matière dans la vie de tous les jours, nous apprendre à regarder autour de nous de façon différente avec un esprit curieux et surtout savoir cultiver ça pour les années à venir, aussi en biologie qu’en géologie (matière que je détestais avant et que j'ai appris à adorer cette année).

Ne nous leurrons pas. Je ne suis pas en train de vous dire que ce sera une partie de plaisir. Ce sera une année difficile, exigeante et avec une pression forte. Il y aura des instants difficiles et des doutes. Mais s'il y a bien un endroit pour affronter tout ça et se préparer au mieux, c'est bien ici."

 

Alexandre AUBRAY

Promotion 2012
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, master sciences de la Terre
Actuellement doctorant (allocataire de recherche et moniteur) à l'Ecole normale supérieure de Lyon


"Le premier point fort de la préparation c'est d'abord l'origine diverse et variée des différents étudiants : que ce soit les filières enseignement, les "grandes écoles", que nous ayons fait une prépa ou que nous soyons depuis toujours dans le système fac, cela permet des échanges tant sur le côté disciplinaire que sur l'idée de ce qu'est l'enseignement, chacun s'entraidant et apportant à l'autre un complément et une vision différente. C'est le point de départ d'amitiés indéfectibles qui contribuent beaucoup au succès de la prépa au concours.

L'autre point fort de la prépa de l'ENS Lyon, c'est l'enseignement dans son ensemble. Les responsables de la prépa créent un climat de travail et de confiance qui permet de progresser tout au long de l'année. Des raisons majeures de la réussite de la prépa sont leur investissement, leur disponibilité et leur expérience tant dans leurs cours ou TP, dans la préparation des stages terrains, leurs attentions à développer un enseignement qui soit clair, au fait des dernières découvertes scientifiques et veillant à ne pas imposer de modèle fixe mais à toujours discuter les faits. C'est aussi la très grande qualité de la formation naturaliste tant en Géologie qu'en Biologie, la multitude des ressources, que ce soit celles des collections de l'ENS remarquablement gérées (chapeau Damien et Margarethe !) ou encore les ressources Internet, qu'elles soient institutionnelles (Planet Terre et Lithothèque) ou personnelles (Instants Nature et Science en faits). La diversité des intervenants (chercheurs, anciens de la prépa, profs, anciens membres du jury...) est aussi une qualité de la préparation, notamment dans les corrections des leçons. Le matériel à disposition tout au long de l'année que ce soit en TP, en terrain ou pour les révisions est vraiment un grand avantage de la prépa.

Bref, l'année d'Agreg fut l'une des plus enrichissantes de mon cursus, et, pour moi qui souhaite enseigner par la suite, cette année a vraiment été une année de formation de très grande qualité. Et plus que le côté "préparation au concours", c'est vraiment une ouverture d'esprit, une méthode, une curiosité intellectuelle, et de belles amitiés que je retiens, et maintenant que j'ai l'occasion d'y intervenir de temps en temps, je continue à y apprendre et à y comprendre beaucoup de choses au contact des agrégatifs, comme quoi l'enseignement c'est aussi un apprentissage perpétuel qui force à l'humilité.

A noter que l'Agreg, par le recul qu'elle donne sur la Biologie ou la Géologie, est un point positif pour les gens qui souhaitent continuer en recherche."

 

Corinne CHAIZE

Promotion 2000
Ancienne étudiante de l'université Joseph Fourier - Grenoble 1, maîtrise de biologie générale, sciences de la Terre et de l'univers
Actuellement enseignante SVT collège à Saint Paul en Chablais (académie de Grenoble)


"Excellente ambiance de camaraderie et une excellente et stimulante formation scientifique."

 

Adrien NEGUESQUE

Promotion 2000
Ancien étudiant de l'université Joseph Fourier - Grenoble 1, docteur en biologie, docteur en médecine (Bucarest)
Actuellement PRAG à l'université Paul Verlaine de Metz


"Dès le premier mois à la préparation, mon impression a été d’avoir autour de moi une entreprise pédagogique non pas simplement meilleure que tout ce que j'avais pu rencontrer avant, mais surtout complètement différente. Par la suite, cette impression s’est renforcée et les point-clés du succès sont selon moi :
I) Atouts scientifiques et techniques
1) Les enseignements dispensés étaient surprenants non par leur haut niveau (attendu) mais, surtout par l’effort général destiné à les simplifier, en les moulant strictement sur les demandes des épreuves, luttant contre les lacunes, mais d’abord contre les redondances. Le candidat, habitué à la nécessité universitaire de transformer une matière touffue en schéma compréhensible et mémorisable, allait d’étonnement en étonnement en constatant qu’ici tout le travail était fait.
On s’attendait à des professeurs, on rencontrait des enseignants prenant à leur charge la plus grande partie du travail usuel de l’étudiant. Ce qui plus est, cette orientation m’a semblé très évolutive, capable d’une rapide adaptation à toute nouvelle information concernant le concours.
Ces particularités très performantes étaient basées sur la structure de l’encadrement :
- des enseignants chevronnés qui maintenaient une ligne directrice de formation des maîtres ;
- de jeunes collaborateurs qui apportaient leurs talents nouveaux et semblaient être eux mêmes, d’une certaine manière, en formation au contact des responsables des disciplines.
2) La richesse des collections, la compétence unique des techniciens, offrant au candidat tout échantillon, toute manipulation qu’on puisse imaginer, n’étaient pas des manifestations de luxe. J’ai fini par y déceler un objectif pédagogique très pratique, relié au point précédent :
- toute notion à acquérir devait être vraiment utile au concours, ceci opérait un premier tri dans l’océan du programme de SVT ;
- toute notion ayant résisté au premier tri devait être rattachée à un souvenir concret, produit en laboratoire à l’Ecole ou aux quatre coins de la France.
Le respect minutieux de cette approche nous portait à des progrès dont certains d’entre nous ne se croyaient pas capables, permettant de récupérer en quelques heures des lacunes tenaces qui avaient résisté à des semaines de travail antérieur. Beaucoup de mes collègues avaient, comme moi, chacun leurs exemples de pareilles réussites inattendues.

II) Atouts psychologiques
1) Les particularités ci-dessus véhiculaient un message confirmé souvent, de manière implicite ou explicite : l’effort ininterrompu des enseignants pour utiliser avec le rendement maximum des matières premières qu’ils semblaient estimer hors de prix : le temps et l’énergie (psychique et physique) des candidats. Tout était adapté à nos besoins (logement, liberté d’accès 24h/24 à toutes les salles, etc.). Les enseignants étaient là pratiquement tout le temps. Toute question avait sa réponse en 30 minutes à 48 heures.
2) La mobilisation des moyens donnait du poids aux appels au combat qui nous ont été faits souvent de manière explicite, joints à des appels à la solidarité à l’intérieur de la promotion. Je me rappelle, par exemple, le raisonnement que j’ai entendu lors de la réunion de rentrée: “Vous êtes tous bons, puisque vous êtes ici. Mais vous n’êtes pas tous bons en tout. Si chacun apprend aux autres ce qu’il sait le mieux, chacun aura à sa disposition 32 professeurs de haut niveau en sus des enseignants de l’Ecole.” J’ai été surpris de constater à quel point ce mécanisme a fonctionné dans notre promotion.
3) L’ensemble de cette “pédagogie de guerre” a fini par créer une sorte de déchaînement de beaucoup d’entre nous qui avait quelque chose d’héroïque. J’en ai connu plus d’un qui ressentait, comme moi, un surplus d’énergie à la simple vue du corridor de la préparation, où, dans chaque pièce, un enseignant avait l’air de travailler comme nous, tout le temps.
La fierté de faire partie de cet ensemble humain finissait aussi par nous gagner.

En somme, une dynamique de succès basée sur la certitude qu’avait chacun de n’être jamais seul face au défi du concours. Ce trait humain de la préparation était d’autant plus saillant sur le fond d’effort maximum demandé en permanence."

 

Sylvie BERKES-BROT

Promotion 1998
Ancienne étudiante de l'université Claude Bernard - Lyon 1, maîtrise de sciences naturelles
Actuellement PRAG à l'université Toulouse III, responsable du secteur B de la préparation à l'agrégation SV-STU, responsable de la licence professionnelle « Instrumentation médicale »

"- Excellente ambiance entre les étudiants et entre étudiants et formateurs,
- équipe pédagogique de grande qualité et disponibilité : formateurs et enseignants très compétents (scientifiquement et pédagogiquement + connaissance parfaite du concours), personnel technique, organisation de la préparation
- moyens techniques et scientifiques incomparables
- enseignements de terrain : très bien, polycopiés : des mines !
- beaucoup de très bons réflexes, bonnes méthodes ont été acquis en vue du concours et des qualités du futur enseignant
Conclusion : je garde un excellent souvenir de mon année de préparation, tant humainement qu’intellectuellement."

 

Emmanuelle MANCA

Promotion 2004
Ancienne étudiante de l'université de Montpellier
Actuellement enseignante en SVT dans l'académie de Lyon

"Venant de la faculté de Montpellier, où règne le soleil, ma vie lyonnaise à la préparation à l'agrégation à l'ENS de Lyon s'est très bien déroulée grâce à une équipe pédagogique (enseignants et préparateurs) à l'écoute dans toutes les situations, rassurante et surtout compétente.
L'année de préparation à l'agrégation est une année difficile, comme toute préparation à un concours, mais l'équipe de l'ENS de Lyon apporte les connaissances scientifiques, techniques et de terrain pour réussir un concours comme celui-là.
L'approche pratique, par de nombreux travaux pratiques, est très utile pour la construction de nos propres activités au lycée comme au collège, car elle nous permet d'avoir du recul et une "culture" sur les différentes manipulations réalisables.
Toutes ces connaissances ne sont pas toujours utilisées dans nos premières années d'enseignant, mais ces acquis nous permettent de nous investir dans des projets avec nos classes et en dehors de classes.
Bref, cette année est difficile, mais elle est enrichissante d'un point de vue scientifique et humain."

 

Bénédicte CHAMBON

Promotion 2003
Ancienne étudiante de l'université Claude Bernard - Lyon 1
Actuellement enseignante SVT au lycée français de Singapour

"Année la plus riche de ma vie en terme d'acquisition de connaissances, même s'il est vrai que cela fut aussi la plus stressante et la plus engageante ! Jamais depuis je n’ai ressenti cette impression de comprendre l’ensemble des liens qui existent entre les différents domaines scientifiques (depuis, je ne fais que perdre des connaissances !!). Ambiance géniale au sein de la préparation, avec à la fois une forte émulation et une forte cohésion de l’ensemble des étudiants de la promotion. Pensées toutes particulières pour les stages de terrains… notamment celui de géologie en Savoie, où nous avions appris que toute la promotion était admissible aux oraux… Sentiments émus d’une réussite personnelle acquise grâce à la cohésion d’un groupe… Souvenirs en vrac des protagonistes enseignants et préparateurs qui nous ont soutenus, guidés, traînés, poussés et même parfois consolés !…
Depuis la préparation j’ai fait un petit bout de chemin, j’ai l’impression que c’était dans une autre vie d’ailleurs…
Je garde vraiment un souvenir impérissable de cette année là, qui a été pour moi un accomplissement professionnel mais aussi et surtout personnel."

 

Céline CHARRIER

Promotion 2001
Ancienne élève de l'École normale supérieure de Lyon, magistère de biologie cellulaire et moléculaire, doctorat de neurosciences
Actuellement PRAG à l'université Louis Pasteur de Strasbourg, responsable des préparations au CAPES SVT et à l'agrégation SV-STU

"Le plus marquant : la quantité de ressources qui nous étaient réservées (stages, bibliothèque, salles de TP, personnels enseignants et non enseignants...) et la confiance qui nous a été accordée pour en profiter.
Un point très agréable à la fois pour le travail et humainement : être dans une promotion avec des gens ayant des parcours différents, ça nous ouvre un peu (un peu seulement) après les 2 ans de cocon dans l'ENS.
D'un point de vue plus personnel : pendant l'année de préparation, j'avais l'impression d'une charge de travail gigantesque, mais avec le recul, je me rends compte que ça ne m'a pas empêchée de prendre quelques vacances, aller à des soirées, et même rencontrer mon amoureux (en dehors de l'école), donc finalement c'est gérable !
Une critique quand même : le stage de Roscoff (en janvier, sous une pluie glaciale...) ainsi que certains TP donnaient l'image d'un enseignement "à l'ancienne" pour la zoologie notamment, mais cela était peut-être en partie lié à la structure du concours à l'époque."

 

Charlotte BURNET

Promotion 2004
Ancienne étudiante de l'université Joseph Fourier - Grenoble 1 et de l'IUFM de Grenoble (CAPES 2003)
Actuellement enseignante SVT (titulaire de zone de remplacement) dans l'académie de Grenoble

"En ce qui concerne le déroulement de la préparation, je tiens à dire (sans aucune flatterie) que c'était mon année d'études la plus intéressante: les cours sont clairs, complets, variés. Tout est très bien organisé et les sorties sur le terrains sont géniales. L'ambiance est assez bonne entre les élèves.
En ce qui concerne mes résultats au concours, j'ai malheureusement seulement été admissible en 2004 après être complétement passée à côté des oraux. J'ai retenté ma chance en 2005, bien qu'étant stagiaire et donc n'ayant eu que très peu le temps de réviser de nouveau pendant l'année." (et elle a réussi !)

 

Armel NICOLAS

Promotion 2006
Ancien élève de l'École normale supérieure de Lyon
Actuellement doctorant (allocataire de recherche et moniteur) à l'École normale supérieure de Lyon

"Une année très intéressante, l'occasion pour moi (en plus de l'agrégation elle même) d'élargir un cursus sinon exclusivement centré depuis quelques années sur la biologie moléculaire et cellulaire. Une année très riche, avec un rythme soutenu mais pas non plus oppressant. Attention à ne pas stresser outre mesure, heureusement les nombreuses sorties sur le terrain, toutes plus enrichissantes les unes que les autres, permettent de décompresser régulièrement et devraient participer à une bonne ambiance de promotion. Beaucoup de TP, des entraînement réguliers aux épreuves du concours, de nombreux échantillons et du matériel de bonne qualité, une bibliothèque bien fournie. Les professeurs sont sympathiques, très disponibles et impliqués, et arrivent à rendre intéressant même les sujets auxquels on n'est a priori pas très réceptif : je suis arrivé en pensant que je n'aimais pas la géologie, et je me suis pourtant surpris à trouver très rapidement le sujet aussi intéressant que les autres.
Bref, une année très intense mais aussi passionnante. Et avec à la sortie des chances de réussite au concours enviées de tous."

 

Pierre MEYSSIGNAC

Promotion 1997
Ancien élève de l'École normale supérieure de Lyon
Enseignant SVT au lycée français de Singapour, formateur sur l'EEDD ou l'EDDD

"Excellents souvenirs de cette année de travail intense malgré mon piètre résultat (j'ai été très heureux d'apprendre autant de choses, et je n'ai jamais été aussi savant que cette année là !), et surtout des sorties ("TP crabe avant manger") et du groupe ! Nous avons formé une bande de copains qui se voit toujours 3-4 fois par an (1-2 fois pour moi, vu mon éloignement)."

 

Anne-Laure CAPITAN-BRIGARDIS

Promotion 2003
Ancienne étudiante de l'université Claude Bernard - Lyon 1, maîtrise de biologie générale, sciences de la Terre et de l'univers
Actuellement enseignante SVT (titulaire de zone de remplacement) dans l'académie de Paris

"Globalement c'est une année qui me laisse un souvenir fort, mais pas enjoué ! Je me souviens avoir été assez fragile moralement cette année là, je crois que je n'ai jamais autant pleuré que cette année à l'ENS ! Mais avec du recul, cette prépa m'a rendue beaucoup plus forte sur plein de points :
- l'ouverture aux autres : humainement c'est quand même une sacrée aventure, je reste très liée avec certains étudiants encore aujourd'hui
- l'efficacité dans mon travail : je suis sortie de 4 ans de fac avec très peu de méthode, et en quelques mois j'ai adopté de bon réflexes de travail qui me sont encore utiles aujourd'hui dans mon travail
- la confiance en moi, j'ai pu constater que moi aussi j'étais capable d'accrocher ce concours, alors que je n'y croyais pas beaucoup !
Les autres points positifs qui me viennent à l'esprit : les polys !!! Quelle mine d'or, ça m'arrive encore d'aller mettre le nez dedans pour trouver un illustration sympa ou une biblio exhaustive ! Et évidemment les conditions de travail : bibliothèque, salle de travail accessible en autonomie aux étudiants à toute heure... Et les stages... aaaaaaahhh Roscoff !!! J'ai conscience d'avoir été une privilégiée d'avoir passé l'agrégation dans cette conditions, je ne pouvais que la réussir finalement !!!!
Les point négatifs si je devais en trouver :
- la formation de géologie que j'ai trouvée décevante par rapport à celle des autres secteurs (ça venait peut être de mes acquis à moi, je n'ai jamais trop su...)
- la perte de contact quasi immédiate avec les "formateurs", les premiers temps on essaie de garder contact pour le travail ou de façon plus personnelle, mais ça n'a pas duré, je le regrette parfois !"

 

Paco CARDENAS

Promotion 2001
Ancien étudiant de l'université Paul Sabatier de Toulouse et de l'université du Texas (Austin, USA)
Actuellement doctorant à l'université de Bergen (Norvège) en qualité de "Research fellow", après un DEA de Systématique Animale et Végétale au Muséum national d'histoire naturelle de Paris et trois ans d'enseignement en collège/lycée dans la région parisienne


"Ambiance géniale avec Jérôme, Frédéric... Le stage à Roscoff est l'un de mes plus beaux souvenirs. Je garde le souvenir de la grande qualité des cours."

 

Vincent GODARD

Promotion 2002
Ancien élève de l'École normale supérieure de Lyon
Actuellement maître de conférences à l'université Aix-Marseille, au Centre européen d'enseignement et de recherche des géosciences de l'environnement

"Mon année de préparation à l'agrégation a sans aucun doute été l'une des plus enrichissantes de mon cursus.
Elle m'a permis de reposer un certain nombre de bases et de fondamentaux, d'approfondir et d'enrichir mes connaissances.
La charge de travail est très importante, mais la qualité de l'encadrement et les moyens disponibles uniques en France (matériel, collections, stages de terrain, ...) contribuent à créer un cadre extrêmement stimulant.
J'ai de plus eu la chance de faire partie d'une promo très soudée, avec une excellente ambiance, ce qui est toujours un atout majeur lors de ces années intenses de préparation aux concours.
Par la suite j'ai eu la possibilité de revenir à la préparation comme enseignant, pour un an, à l'issue de ma thèse. J'ai pu à cette occasion découvrir de l'intérieur ce qui fait la force et le succès de cette formation: (1) le dynamisme et l'investissement de l'équipe pédagogique, (2) le suivi personnalisé des étudiants et (3) l'existence d'un projet pédagogique issu d'une réflexion approfondie, constamment évalué et amélioré."

 

Frédéric SEVELINGE

Promotion 2000
Ancien étudiant de l'université de Bourgogne, maîtrise de biologie générale - sciences de la Terre et de l'univers, après des études de maieuticien
Actuellement PRAG à l'université de la Réunion

"Préparation qui m'a beaucoup apporté, bien sûr pour réussir le concours avec une bonne place mais surtout parce qu'elle m'a permis d'apprendre à structurer un TP, à proposer des enseignements à la fois rentables et interessants. Régis Thomas disait : "cette préparation forme des formateurs d'enseignants" et avec le recul, je me rend compte à quel point il avait raison. Toute la méthode (qui peut paraître parfois trop scolaire) que j'ai apprise à l'ENS me sert énormément aujourd'hui avec mes étudiants CAPES.
Et puis l'investissement des enseignants, en particulier des PRAG responsables des secteurs est énorme ; or c'est justement de cet investissement dont on a besoin lorsqu'on prépare le concours.
Autres richesses de cette préparation : la diversité des intervenants et donc des points de vue et les stages sur le terrain.
Petit bémol cependant : cette préparation laisse peu de temps pour le travail personnel et il est souvent difficile de tout s'approprier."

 

Olivier HAMANT

Promotion 1998
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, magistère biologie moléculaire et cellulaire
Actuellement chargé de recherche INRA au laboratoire Reproduction et développement des plantes de l'Ecole normale supérieure de Lyon

"L'agrégation, c'est savoir presque rien sur presque tout."
A la fin de l'année, on a l'impression que le presque rien est quand même bien approfondi (et c'est aussi pour ca qu'on est là) ; les synthèses qui aident énormément, les 3 millions de noms latin a Roscoff, la fête des conscrits à Aoste, gratter les champignons dans la terre avec Marc-André (avec ou sans bouton de manchette), la fameuse odeur du TP "rumen", la lecon de géologie sur les minerais en France : un grand moment de solitude ! "

 

Grégoire GALES

Promotion 1998
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon
Actuellement maître de conférences à l'université Aix-Marseille

"De bons souvenirs de l'année de préparation, sur les plans intellectuel (revoir de manière globale les sciences de la vie et de la Terre avant de se spécialiser, bonne idée avant le DEA) et personnel (ambiance, terrain, etc...). Des moyens "un peu" supérieurs à ceux que l'on peut consacrer à nos étudiants !"

 

Eric BERTHOLLON-BAYET

Promotion 2000
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon
Actuellement enseignant SVT - BCPST 2 au lycée Faidherbe de Lille

"Si je garde un bon souvenir de cette année de préparation malgré l’intense charge de travail, c’est notamment grâce à l’atmosphère conviviale et motivante due à la remarquable disponibilité de l’équipe pédagogique, tant enseignants que personnels technique.
D’un point de vue pédagogique, la formation qu’on nous dispense va bien au-delà de la simple préparation au concours qui devient rapidement anecdotique dans le cours de notre carrière. Cette préparation nous permet d’acquérir des réflexes pédagogiques et méthodologiques qu’en tant qu’enseignants, nous transmettons à notre tour à nos élèves. Encore aujourd’hui, plusieurs années après avoir passé l’agrégation, je me replonge régulièrement dans mes TP d’agrégation pour préparer un nouveau TP, enrichir un cours,…
Par ailleurs, les membres de l’équipe pédagogique permanente réussissent le pari, dans le choix des intervenants (dont ils font partie !), à garantir une diversité des interlocuteurs qui ne se fait pas au détriment de la qualité des interventions. C’est un atout incomparable pour ma profession actuelle car j’ai gardé le contact avec un certain nombre d’intervenants (chercheurs, enseignants en université, en lycée) et ces intervenants d’hier restent des personnes-ressources privilégiées dans ma pratique pédagogique.
D’un point de vue plus personnel, les meilleurs souvenirs sont ceux des sorties de terrain de botanique, de biologie marine et de géologie. La quantité et la qualité de ces stages sont vraiment un point clé de la préparation et m’ont personnellement beaucoup appris. Notamment en géologie, j’ai pris conscience que l’appréhension par le terrain est une source de réelle motivation et d’intérêt pour cette discipline qui souffre d’un a priori plutôt négatif…
Bref, finalement, le seul mauvais souvenir que je garde est le caractère monomaniaque de cette année de préparation qui laisse peu de place pour autre chose que la préparation au concours mais qui est largement compensé par l’efficacité de l’apprentissage et la satisfaction de réussir le concours…"

 

Nicolas MATHEVON

Promotion 1991
Ancien étudiant de l'université Jean Monnet de Saint-Etienne et de l'université Claude Bernard - Lyon 1
Actuellement professeur à l'université Jean Monnet de Saint-Etienne, membre de l'Institut universitaire de France

"L'année la plus extraordinaire de mon cursus ! Des encadrants aux petits soins, des intervenants excellents, une ambiance du tonnerre, des conditions de rêve ! Résultat : un moral du feu de Dieu toute l'année et le concours en juillet!"

 

Marie-Hélène BARRAT-SEGRETAIN

Promotion 1991
Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, maîtrise de biologie des organismes et des populations
Actuellement maître de conférences à l'université Claude Bernard - Lyon 1, laboratoire d'écologie des hydrosystèmes fluviaux

"J'ai à la fois plein de souvenirs très précis, et en même temps cette année de prépa est comme une "boîte noire" tellement elle a été dense et éprouvante...
Ambiance plutôt sympa, on faisait un groupe de 5-6 normaliens trés soudé ; il y avait relativement peu d'échanges avec les gens de la préparation "non normaliens", même s'il n'y avait aucune animosité ni d'un côté ni de l'autre; il se trouve qu'on était des copains qui nous connaissions avant et on est resté ensemble pour la préparation !
C'était du temps où il n'y avait quasiment pas de cours magistraux ; en conséquence j'ai beaucoup vécu mon année de préparation à l'agrégation en reprenant mes cours de classe préparatoire, et en les complétant avec quelques bouquins.
Un souvenir inoubliable : la conférence de R. Habert sur le foie... à 19h30 on y était encore... et qu'est ce que c'était bien !
Les TP étaient extrêmement chargés, il était rare que l'on arrive au bout... et je crois qu'ils le sont toujours ?
Je me souviens aussi des stages de terrain : sur le moment je les avais trouvés épuisants, a posteriori il y avait de bons moments... et ils étaient sans nul doute très utiles ! le stage de Roscoff fin août, avant d'être "vraiment" en préparation était très bien pour faire connaissance... avec les autres, et avec ce qui nous attendait par la suite !
J'avais fait un stage de botanique à Besse en Chandesse avant d'entrer en préparation à l'agrégation (toujours avec la même bande de copains) et cela m'a énormément aidée. A recommander activement pour tous les étudiants souhaitant postuler à votre formation !
Pour les leçons : il n'y avait quasiment pas de polys comme maintenant ! Du coup, on sortait de pas mal de "corrections" de leçons un peu sur notre faim, les correcteurs ayant des idées très hétérogènes sur la façon de corriger. Je pense que maintenant cela doit être un peu plus homogène.
Il faut aussi insister sur les possibilités incroyables qui étaient offertes par la préparation (et qui le sont toujours) : salles de travail disponibles en permanence, quantité de matériel incroyable, préparateurs aux petits soins...
Autre souvenir qui me revient, la réunion de rentrée avec J.M. CARON, expliquant qu'il y a 154 postes au concours (c'était le bon temps...) et qu'on est un peu plus de 30 dans la promotion, donc c'est évident, il y a de la place pour tout le monde, et que nous serions tous reçus en nous serrant les coudes... bonne façon de motiver ses troupes ! Depuis, je ressors cette phrase à mes étudiants chaque année à la réunion de rentrée, en y adaptant les chiffres !"

 

Anne BRIANCON-MARJOLLET

Promotion 2001
Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon
Actuellement en stage post-doctoral au CEA à Grenoble

"Préparation très bien organisée, on nous pousse au boulot et surtout on nous donne tous les moyens de travailler (cours, TP et leçons complétés des démonstrations statiques et polycopiéss de compléments): le travail était "prémâché" ce qui facilite la tâche et fait gagner beaucoup de temps. Beaucoup de sorties de terrain, ce qui est un luxe mais aussi un énorme plus (il n'y a que sur le terrain que j'ai accroché avec la géologie...) Bonne ambiance dans la promo et avec les enseignants quand j'y étais, mais j'imagine que cela peut changer d'une année à l'autre au gré des personnages..."

 

Gwenael PIGANEAU

Promotion 1997
Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon
Actuellement chargée de recherche CNRS à l'observatoire océanologique de Banyuls sur mer

"Beaucoup de TP, beaucoup de préparation à l'oral, très bonne ambiance, très bon encadrement, disponibilité des enseignants, conditions de travail optimales (salles de préparation/bibliothèque/etc)"

 

Olivier NGO

Promotion 2000
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon
Actuellement enseignant SVT au lycée franco-australien de Canberra

"Comme tous les élèves j’imagine, j’ai trouvé cette année fort enrichissante, et n’en garde que de bons souvenirs. La diversité des enseignements dispensés a représenté une formidable ouverture d’esprit sur de nombreux domaines des sciences de la vie et de la Terre. Les différentes sorties pédagogiques restent comme des moments privilégiés et ont réellement permis d’illustrer et d’élargir les notions abordées en cours, tout en créant des relations privilégiées entre les élèves d’une part, et entre les élèves et les enseignants d’autre part. Il régnait au sein de ma promotion une très bonne ambiance, avec un réel esprit d’entraide et de solidarité. Les enseignants et le personnel de laboratoire ont toujours été à l’écoute et disponibles pour nous aider et nous encourager.
En définitive, cette année, tout comme les années de préparation aux concours d’entrée dans les grandes écoles, représente à mon sens, non seulement une excellente préparation à une épreuve très spécifique, mais apporte aussi de grandes capacités de travail, d’organisation, d’adaptation, de flexibilité, de réflexion. Une fois acquises, ces aptitudes sont à mon avis réutilisables et transférables dans de nombreuses situations auxquelles nous sommes amenés à être confrontés par la suite."

 

Jean-Sébastien PERRIN

Promotion 2003
Ancien étudiant de l'université Claude Bernard - Lyon 1, maitrise biologie générale - sciences de la Terre et de l'univers
Actuellement enseignant SVT au lycée N.J. Cugnot de Neuilly sur Marne

"Je garde un excellent souvenir de la préparation. L'ambiance avec les autres candidats était très bonne. L'équipe d'encadrement et les conditions matérielles étaient extraordinaires. J'en retiens d'avoir acquis une rigueur qui ne m'était pas familière et d'avoir pu revoir et apprendre de nombreuses choses fascinantes en biologie et géologie. Les nombreux voyages étaient également une grande chance car l'expérience du terrain manque cruellement à l'université. Surtout qu'ils étaient supervisés par d'excellents enseignants."

 

Nicolas CAUDRON

Promotion 1996
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Cachan, magistère ENS Paris, DEA Biologie Structurale et fonctionnelle Grenoble, doctorat biologie Université Grenoble
Actuellement PRAG à l'université Joseph Fourier - Grenoble 1, responsable de la biologie à l'antenne de Valence, responsable de la biologie cellulaire à la préparation à l'agrégation, responsable d'une licence professionnelle industries
agro-alimentaires spécialisée dans les produits certifiés agriculture biologique

"Une très forte cohésion entre étudiants, des techniciens vraiment extraordinaires. Point de vue responsables, c'était une année de transition (3/4 ont changé en fin d'année) et les souvenirs de ce point de vue sont mitigés. Une émulation et une entraide entre agrégatifs qui constituent le point très fort de cette année par ailleurs très longue et éprouvante."

 

Laurent REMUSAT

Promotion 2001
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, magistère sciences de la Terre
Actuellement en stage post-doctoral en géochimie au California Institute of Technology (Pasadena, Californie, USA)

"Je garde un très bon souvenir de la prépa, même si l’année a été éprouvante. J’ai en effet trouvé que l’année avait été bien plus dure que mes deux années de préparation au concours des grandes écoles. Cette année de préparation à l’agrégation m’a permis de mieux organiser ce que je connaissais et de rajouter aussi quelques connaissances. J’ai trouvé que les enseignements étaient pédagogiques et d’un très bon niveau, sauf quelques rares exceptions.
J’avais beaucoup apprécié les stages qu’on a effectués : Roscoff, la géologie dans les Alpes, la botanique de Lyon à Porquerolles pour ne citer que les principaux. Ces sorties ont permis d’établir un bon esprit dans le groupe, même si de petits "clans" existaient. Cependant dans l’ensemble l’entraide et le partage fonctionnait. Le groupe, à mon avis, a bien vécu, et tout le monde a pu, à un moment ou un autre, bénéficier de l’aide de quelqu’un d’autre. Car les enseignements sont importants, mais le groupe l’est tout autant."

 

Claire BARDEL

Promotion 2001
Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, magistère biologie moléculaire et cellulaire
Actuellement maître de conférence à l'institut des sciences pharmaceutiques et biologiques de l'université Claude Bernard - Lyon 1, recherche en génétique épidémiologique et en biologie évolutive

"J'ai plutôt de bon souvenirs en ce qui concerne l'ambiance: l'année est très dure au niveau boulot, mais on est tous dans le même bateau et on se soutien bien les uns les autres. C'est important pour garder la motivation de bosser ! De bons souvenirs aussi concernant l'encadrement : une équipe disponible, un système bien rodé (TP/leçon/cours/dem), des
cours globalement biens.
J'ai aussi de bons souvenirs des stages de terrain sauf les marées à Roscoff: il faisait vraiment trop froid en février pour aller patauger !
J'ai aussi pas mal de souvenirs de soirées passées en salle de dem... Ce sont à la fois de bons et mauvais souvenirs car franchement, on aurait été mieux ailleurs, surtout les samedi soir vers 23h ! Mais en même temps, parfois, on prenait de bon fou rires.
Mon plus mauvais souvenir de la prépa agreg, je crois que ça doit être un des trois concours blanc. On avait à disséquer la blatte pour récupérer sa chaine nerveuse et faire des mesures d'électrophysiologie. Je crois que je me rappellerai toute ma vie de cette pauvre blatte qui se tortillait dans la cuvette à dissection. J'en étais malade! (et bien sur, au concours, j'ai une une leçon sur l'étude expérimentale du nerf...)
Une dernière remarque: vu la difficulté actuelle pour avoir un poste de MCU, j'avoue que le fait d'avoir l'agreg m'a grandement rassurée. Grâce à mon monitorat, je savais que l'enseignement me plaisait beaucoup (d'ailleurs, je n'ai même pas tenter les concours de CR). Donc pour moi, l'enjeu des concours de MCU était moins grand car j'aurais eu un boulot qui me plaisait dans tous les cas. Ca m'a permis d'être plus zen pour passer les concours (je les ai passé deux fois). Donc, même si je vais perdre mon poste à la rentrée prochaine, je ne regrette pas cette année."

 

Florent LOUET

Promotion 2001
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Cachan, maitrise de biochimie et biologie cellulaire, Master / DEA Neurosciences
Actuellement enseignant SVT - BCPST 1 au lycée Descartes de Tours.

"Cette année de préparation à l’agrégation fut une année intense et riche, intellectuellement la plus riche de ma formation en qualité d'élève de l’Ecole normale supérieure de Cachan. L’équipe est disponible, compétente et l’encadrement était exceptionnel ! Je m’inspire souvent de cette année de préparation dans ma conception de l’enseignement en BCPST.Nous avions des sorties nombreuses qui pour moi permettaient de redonner du tonus au travail (changement de lieu, de cours) et contre toute attente, j’ai vu du pays pendant cette année de préparation !
Pensées amicales à nos préparateurs de l’époque : Sandrine bien sûr, Régis, Sophie et Delphine."

 

Francine BRONDEX-COMMENVILLE

Promotion 1997
Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure de Paris, maîtrise de biologie
Actuellement enseignante SVT - BCPST 1ère année au Lycée Masséna Nice

"Vu que la réforme de 2001 est passé par là, d'éventuelles critiques seraient un peu obsolètes... J'ai apprécié l'organisation impeccable du planning, la qualité générale de la formation évidemment. J'avais aussi apprécié le climat de confiance profs-techiniciens-étudiants et de responsabilisation des étudiants (accès permanent aux locaux...). L'ambiance de promo était génialissime."

 

Hervé MULARD

Promotion 2003
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, originaire de Strasbourg
Actuellement en fin de thèse d'écologie (soutenance en décembre), ATER à l'université Jean Monnet de Saint-Etienne pour 2007-2008

"Excellents souvenirs. J'avais trouvé la classe très soudée, j'ai été emballé par les différents stages et j'ai appris énormément de choses. L'équipe enseignante était très disponible et accessible. Un seul bémol peut-être : je n'ai jamais beaucoup apprécié les "démonstrations" et j'aurait préféré de loin avoir un vrai TP ou cours sur les différents sujets évoqués."

 

Cyril LANGLOIS

Promotion 1998
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, magistère de sciences de la Terre, maîtrise de sciences de la Terre
Actuellement PRAG à la préparation à l'Agrégation SV-STU de l'ENS de Lyon, responsable du secteur C (sciences de la Terre et de l'univers)

Souvenirs : "bonne ambiance, encadrants dévoués, disponibles et à l'écoute (le luxe !), accès permanent aux collections (riches !!) et démonstrations (critique classique : année passée en autarcie et un peu coupé du monde extérieur. Mais c'est aussi la grande force de la prépa)."

 

Pierre CHAREYRON

Promotion 1992
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Lyon, magistère Biologie moléculaire et cellulaire
Actuellement PRAG à  l'IUT de Saint-Etienne (département Génie biologique, Génie de l'environnement), responsable de filière (Licence Professionnelle) et des Relations internationales

"Ce qui me semble le plus important est le fait que l'année de préparation était l'occasion de faire le point sur ses propres connaissances d'où enrichissement personnel énorme. J'ai en mémoire le mot de Jean-Michel CARON selon lequel la réussite au concours était la cerise sur le gâteau mais pas forcément une fin en soi... et je crois bien que c'est ainsi que je l'ai vécu. L'ambiance cette année-là était particulièrement conviviale et a sans doute été à l'origine de la réussite de la quasi totalité des étudiants de la promo : sauf erreur un seul recalé à l'écrit, tous ceux qui sont allés à l'oral ayant passé le cap. La cohésion de la promo, assez remarquable est sans doute une clef du succès."

 

Sandra BROISSIAT-RODOT

Promotion 1997
Ancienne étudiante à l'université Claude Bernard - Lyon 1, maîtrise de sciences de la Terre
Actuellement PRAG à l'IUFM de Franche-Comté, responsable de la préparation au CAPES SVT et de la préparation à l'agrégation SV-STU

"Concernant l’ambiance de la prépa et cette année 1996/1997 c’était évidemment exceptionnel et cette prépa a été d’un enrichissement inqualifiable !
D’un point de vue scientifique c’était énorme ! Avec toutes les excellentes formations, votre investissement à tous, je ne pouvais que réussir le concours ! Cela reste un super souvenir même s’il y avait du travail à ne plus en dormir ! Mais avec notre super promo 1997 rien n’était impossible tellement nous nous sommes aidés et encouragés et les liens sont tels que 10 ans après nous voyons encore pour la plupart !"